Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Baromètre Agence Bio

Une jeune génération plus bio que ses aînés ?

Pour les jeunes générations, le bio apparaît comme un bon moyen de conjuguer exigence individuelle de mieux-être et dimension collective de sauvegarde de la planète. Photo : Kadmy/Adobe stock
Pour les jeunes générations, le bio apparaît comme un bon moyen de conjuguer exigence individuelle de mieux-être et dimension collective de sauvegarde de la planète. Photo : Kadmy/Adobe stock

Depuis ces cinq dernières années, le marché des produits alimentaires biologiques a le vent en poupe. En 2018, les fruits et légumes bio restent les plus consommés. Toute la question est de savoir si cet engouement constitue une tendance durable ou éphémère. C’est pourquoi le dernier baromètre de l’Agence Bio a choisi d’accorder une attention particulière aux choix opérés par les plus jeunes.

Comme l’affirment Gérard Michaut et Florent Guhl, respectivement président et directeur de l’Agence : « Ils préfigurent l’avenir. Sensible au bio, la génération des 18-24 ans est aussi celle du passage à l’acte. Elle a conscience de la nécessité de consommer autrement, de manière plus éthique, responsable et durable notamment pour ce qui concerne la valeur du produit. 27% des jeunes ont l’intention d’augmenter leur consommation dans les six prochains mois. Cette nouvelle génération de consommateurs est née dans une société plus sensible au respect de l’environnement et à l’écologie, où le bio est omniprésent que ce soit dans les médias ou dans les points de vente. Très connectés, les jeunes ont une perception et des attentes en matière de bio quelque peu différentes de leurs aînés. »
Ainsi, si 2018 a enregistré une forte progression de la part des nouveaux consommateurs réguliers, c’est-à-dire des personnes qui consomment au moins une fois par mois des produits alimentaires biologiques depuis moins d’un an (+17% versus 9% en 2017), ces « nouveaux » consommateurs sont sur-représentés par les jeunes de 18-24 ans à 27%. « Cela conforte la démarche de l’Agence Bio où nous allons poursuivre notre travail pour accompagner les efforts pédagogiques entrepris pour promouvoir et installer une culture bio, voire un réflexe bio », soulignent Gérard Michaut et Florent Guhl.

Des jeunes mieux informés et moins sensibles au prix

Ce baromètre met également en lumière que, question prix, les jeunes n’ont pas la même vision que leurs aînés. En effet, 47% des 18-24 ans  considèrent normal de payer plus cher un produit alimentaire bio qu’un produit qui ne l’est pas. « Cette fracture générationnelle est nette et dit peut-être beaucoup sur une génération plus attachée au pouvoir de vivre au sens large qu’au pouvoir d’achat au sens strict » remarque-t-on à l’Agence Bio.
Même si cette génération n’a pas toujours le réflexe d’acheter et de consommer bio, elle est sensible aux produits biologiques et en a une bonne connaissance : 96% des 18-24 identifient le logo AB et 70% des 18-24 ans (67% chez les 25-34 ans) connaissent l’Eurofeuille, le logo européen, versus 59% sur l’ensemble des Français. Pour cette génération, le réseau est sa principale source d’informations que ce soit l’entourage (45% vs 36% l’ensemble des Français) ou encore les réseaux sociaux (41% vs 22% l’ensemble).

Photo: https://stock.adobe.com/fr/images/woman-making-bio-food-shopping-at-groc...

Légende:
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire