Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Légumes de France

L’origine France déjà passée de mode ?

"Alors que la production nationale est désormais bien en place, les rayons restent remplis de produits espagnols ou, mieux encore, marocains", selon Légumes de France.
"Alors que la production nationale est désormais bien en place, les rayons restent remplis de produits espagnols ou, mieux encore, marocains", selon Légumes de France. Photo : Grigory Bruev/Fotolia

Fini la préférence nationale en légumes, organisée notamment par les acheteurs suite à l’embargo russe l'an dernier, créant un sursaut patriotique des opérateurs de la filière. Désormais, c’est le retour à la concurrence… et à la course aux prix bas. Voilà ce que dénonce Légumes de France dans un communiqué du 29 avril.
 

"Force est de constater que, l’émotion passée, les mauvaises habitudes reviennent en force... Déjà cet hiver, notamment avec la salade, la distribution n’a pas hésité à maintenir les produits d’importation en rayon, alors même que la production française surabondait pour des raisons climatiques."

La preuve avec les tomates

Avec le retour du printemps, la fédération professionnelle dénonce la guerre des prix qui reprend de plus belle:

"Il suffit pour s’en convaincre de faire le tour des rayons, et d’observer notamment la provenance des tomates. Alors que la production nationale est désormais bien en place, les rayons restent remplis de produits espagnols ou, mieux encore, marocains. Et chaque enseigne d’annoncer qu’elle est la moins chère, voire qu’elle propose «le bon prix pour le bon produit». Comme si, à elle seule, la distribution était capable de définir ce qu’est un «bon prix», ou ce qu’est un «bon produit»."

 
Les producteurs de légumes, craignant d’être encore sacrifiés dans cette guerre sans issue, vont mettre en place dans les prochains jours une série de relevés de prix et d’origine en magasins, et vérifier si les produits importés, bradés, sont encore légion dans les rayons. Selon les observations, il pourra s'en suivre alors "des visites moins courtoises", prévient la fédération.
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire