Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Bio

Le soutien à la conversion AB ne passera pas de 5 à 3 ans

La conversion biologique est aujourd’hui soutenue par l’Etat pendant cinq années, et ne passera pas à trois ans comme le craignait la FNAB. Photo : illustrez-vous/Adobe stock
La conversion biologique est aujourd’hui soutenue par l’Etat pendant cinq années, et ne passera pas à trois ans comme le craignait la FNAB. Photo : illustrez-vous/Adobe stock

Le 7 mars dernier, le président Emmanuel Macron a détaillé, lors du grand débat sur la transition écologique à Gréoux-les-Bains, que le soutien de l’État à la conversion biologique passerait de cinq ans à trois ans : « Cette aide était moins utile l’année 4 et 5, elle venait compenser des pertes de revenus, qui étaient un problème plus transversal de l’agriculture, qui était que les prix payés ne sont pas justes » précisait-il, en ligne avec l’intervention du ministre de l’Agriculture quelques jours plus tôt à l’AFP. Or, la conversion biologique est aujourd’hui soutenue par l’État pendant cinq années, rappelle la Fnab qui s’inquiète d’un nouveau désengagement de l’État sur le soutien à la bio.
 
Il est urgent que le Gouvernement clarifie sa position, indique Guillaume Riou, président de la Fnab : "Le marché ne remplacera jamais l’État dans son rôle de protection, garant de la qualité de l’eau, de l’air, de la santé des consommateurs et des riverains, de la biodiversité. On ne peut pas en même temps dénoncer le déficit commercial sur l’agriculture biologique et couper les ailes au développement de la filière. Au mieux tout cela est incohérent, au pire c’est irresponsable." La Fnab demandait ainsi le 8 mars une clarification de la position gouvernementale sur la durée de soutien à la conversion bio.

Aujourd'hui, le 12 mars, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a finalement précisé que les aides à la conversion pour l’agriculture biologique sont et resteront versées sur une durée de 5 ans comme c’est le cas aujourd’hui. " L’accompagnement des agriculteurs qui prennent le risque de passer en agriculture biologique est essentiel pour garantir son développement ", précise le Ministère. L’objectif de la France dans son programme Ambition Bio est de passer de 6,5% à 15% de surface agricole utile d’ici 2022 convertie en agriculture biologique. Cette ambition se veut également en cohérence avec l’objectif d’avoir 20% des aliments bio en restauration collective à la fin du quinquennat. C’est plus de 1,1 milliards d’euros qui vont être mobilisés pour ces conversions et pour la structuration territoriale des filières afin de faire de la France le premier pays bio d’Europe, termine le ministère de l'agriculture.
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire