Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Politique

Le ministre de l'Agriculture contre le chauffage des serres en bio

Publié le 19/06/2019 par Olivier Lévêque
Lors du séminaire de l’Agence BIO, Didier Guillaume s'est positionné contre le chauffage des serres en agriculture bio. Photo : Twitter Didier Guillaume.
Lors du séminaire de l’Agence BIO, Didier Guillaume s'est positionné contre le chauffage des serres en agriculture bio. Photo : Twitter Didier Guillaume.

Lors de son séminaire annuel organisé mardi 18 juin, l’Agence bio a reçu Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, qui a profité de l’événement pour se positionner contre le chauffage des serres en agriculture bio, sujet qui agite la filière des fruits et légumes bio depuis quelques semaines.
 
« Il y a un débat, aujourd'hui, qui attire beaucoup notre attention, c'est celui du chauffage des serres. Je ne suis pas favorable au chauffage des serres, parce qu'il faut respecter les rythmes biologiques, a souligné le ministre dans sa conclusion du séminaire. Nous devons être très clairs, on mange des produits alimentaires de saison, on ne mange pas des fraises en décembre, on ne mange pas des pêches en janvier. Ça, c’est la règle de base. »

Sur l’interdiction du chauffage des serres bio, le ministre a cependant précisé lors d’un point presse : « Si c’était interdit en France et permis dans d’autres pays européens, cela ne réglerait pas le problème de l’économie et des relations économiques. Je pense qu’il faut tout peser, que le comité national de l’agriculture biologique doit peser tout cela, j’ai donné ma position personnelle qui est très claire. »
Le Comité national de l’agriculture biologique (Cnab) devrait se prononcer mardi 11 juillet sur l’interprétation en France de la réglementation bio européenne. « Le président du Cnab est en train de mener les discussions avec les uns et les autres. Je suis persuadé qu’on arrivera à une position commune entre tous les acteurs, mais pour l’instant, on ne l’a pas devant nous », a indiqué Florent Guhl, directeur de l’Agence bio.

 

Ajouter un commentaire