Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Surmortalité des abeilles

La malnutrition pointée du doigt

 Lorsque l'on réussit à mettre en place un garde-manger pour abeilles, comme par exemple une jachère apicole, le bénéfice pour les abeilles est immédiat.
Lorsque l'on réussit à mettre en place un garde-manger pour abeilles, comme par exemple une jachère apicole, le bénéfice pour les abeilles est immédiat. Photo: S.Bot/Pixel image

Selon les conclusions d'une étude comportementale publiée récemment par l'Académie américaine des Sciences (NAS), le fait que les abeilles deviennent prématurément butineuses est fondamental pour expliquer le déclin apiaire mondial. Le manque de ressources en pollen et en nectar dans l'environnement et la présence de parasites font partie des facteurs qui poussent les jeunes abeilles à sortir de la ruche de manière prématurée pour aller butiner. C'est toute l'organisation sociale à l'intérieur de la colonie d'abeilles qui se trouve ainsi bouleversée ce qui conduit aux mortalités rapportées par les apiculteurs dans les ruchers. Ce phénomène de sortie précoce est amplifié par l'absence d'une ressource continue minimum; jachères apicoles, haies, bandes enherbées, prairies, chemins agricoles, espaces verts, les sources potentielles de pollen et de nectar sont pourtant nombreuses.
Philippe Lecompte, apiculteur bio et président du Réseau biodiversité pour les abeilles, estime que:

"Tout le monde parle de l'importance de la biodiversité. Il faut maintenant passer de la parole aux actes. La biodiversité, ce n'est pas une simple parole politique ou un élément de pensée virtuelle, c'est une réalité concrète, opérationnelle et fonctionnelle. Sans fleurs, pas de pollen, pas de nectar. Conséquence de cette malnutrition: mortalité des abeilles et pénurie de miel; déclin inexorable de la colonie, de l'exploitation apicole et du service de pollinisation."

Faire une fleur aux abeilles

 
Le Réseau biodiversité pour les abeilles lance un appel aux pouvoirs publics pour qu'ils s'engagent sur le terrain aux côtés des apiculteurs et de tous ceux qui peuvent faire une fleur aux abeilles: agriculteurs, collectivités territoriales, jardiniers amateurs. Lorsque l'on réussit à mettre en place un garde-manger pour abeilles, comme par exemple une jachère apicole, le bénéfice pour les abeilles est immédiat. Des observations menées par le Réseau biodiversité pour les abeilles ont montré que la présence d'une telle réserve de pollen et de nectar sur seulement 0,5 % de la zone de butinage des abeilles permet de couvrir les 2/3 des besoins nutritionnels des abeilles. Philippe Lecompte ajoute:

"Il est urgent de mettre en place un vaste plan pour lutter contre la faim des abeilles. La gravité de la crise que rencontre la filière apicole française impose une réaction immédiate à laquelle le Réseau biodiversité pour les abeilles est bien entendu prêt à s'associer pour partager son expertise dans ce domaine."

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire