Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

EGalim

Interfel dévoile son plan de filière fruits & légumes frais

Interfel souhaite doubler son budget annuel en matière de promotion-information pour encourager la consommation des fruits et légumes. Photo : DR

Interfel a remis le 15 décembre son plan de filière au président de la République, dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation. Ce document de quarante pages, dont seize fiches pratiques, pose les engagements de la filière, ses objectifs et facteurs clés de succès, et vient ainsi conforter et renforcer les actions et les orientations fixées par l’ensemble de la filière depuis 3 ans. Voici les six axes prioritaires fixés, avec des objectifs chiffrés à 5 ans :

  1. Mettre en place une contractualisation opérationnelle, au moyen d’outils de pilotage attractifs et performants sur la base d’un accord interprofessionnel et d’un guide de bonnes pratiques des relations contractuelles (30% de volumes contractualisés sur la base volontaire).
  2. Développer les signes officiels de qualité afin d’accroître la segmentation du marché, en renforçant notamment les démarches en faveur de l’agriculture biologique (50% en valeur de la production sous certification environnementale, 25% en valeur sous signes de qualité dont bio).
  3. Réduire l’usage des produits phyto (entre -20% et -50% d’ici 2030), en développant notamment des démarches de bio-contrôle.
  4. Répondre à l’objectif de santé publique et d’éducation alimentaire, en encourageant la consommation des fruits et légumes (tendre vers 400 gr/jour/habitant, recommandation du Programme national nutrition santé, via le doublement du budget annuel de l’interprofession en matière de promotion-information).
  5. Investir collectivement dans le développement de l’offre française sur de nouveaux marchés à l’international.
  6. Renforcer la recherche et l’innovation, en développant des solutions alternatives et compétitives en concentrant nos efforts sur le bio-contrôle, la robotisation-mécanisation et la digitalisation.

Par ailleurs, l’interprofession souhaite renforcer l’action de l’Agence pour la recherche et l’information en fruits et légumes (Aprifel), composée des scientifiques et des associations de consommateurs, en proposant aux ONG de participer aux échanges au sein de cette association ; ceci dans le but de mieux répondre aux attentes sociétales.
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire