Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Campagne 2019

Fruits d’été : production en hausse, cours en baisse

Publié le 28/10/2019 par Caroline EVEN dans
Les productions françaises d’abricots, de pêches-nectarines et de cerises ont toutes augmenté en 2019. Photo : Letterberry/ Adobe Stock
Les productions françaises d’abricots, de pêches-nectarines et de cerises ont toutes augmenté en 2019. Photo : Letterberry/ Adobe Stock

Dans sa note de conjoncture parue le 23 octobre dernier, le service de la statistique agricole du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation dresse le bilan de la campagne 2019 des fruits d’été (abricot, pêche-nectarine et cerise) en France et en Europe.

« En 2019, favorisée par la météo printanière, l’offre française et européenne en fruits d’été se redresse sur un an. Cette hausse de la production s’accompagne d’une baisse des cours par rapport à 2018, à l’exception de la cerise. Le chiffre d’affaires s’accroît en France sur un an pour tous les fruits d’été, avec des différences toutefois selon les régions », résument les rédacteurs de la note. 

En abricot, la production européenne progresserait de 7 % par rapport à 2018 (609 000 tonnes). En Italie et en France, les récoltes seraient supérieures de 29 % (respectivement 275 kt et 146 kt), tandis qu’en Espagne elles reculeraient de 36 % (97 kt).

En pêche et nectarine, la récolte européenne s’accroîtrait de 9 % par rapport à 2018 (3 031 kt). Les hausses seraient de 12 % en Espagne (1 299 kt), 12 % en Italie (1 202 kt) et 8 % en France (194 kt). En Grèce, la production reculerait de 7 % (336 kt).

En cerise, la Turquie verrait sa production progresser de 6 % sur un an. En France, elle augmenterait de 11 %.

Dans l’Hexagone, ces différents résultats sont à relativiser par rapport à la moyenne 2014-2018 et à l’année 2018, avec des récoltes particulièrement faibles en cerises et en abricots dans certains bassins de production.

Chute des exportations d’abricots

S’agissant des cours à la production sur la campagne 2019, ils sont inférieurs à ceux de 2018 pour l’abricot (-9 %) et la pêche-nectarine (-6 %). En revanche, ils sont supérieurs pour la cerise (+19 %).

En abricot, la campagne a été plus particulièrement marquée par une chute des exportations françaises. Elles reculeraient de 25 % sur un an (20 484 t).

Au final, les chiffres d’affaires nationaux de tous les fruits d’été seraient supérieurs à ceux de 2018 (+ 17 % en abricot, +2 % en pêche-nectarine, + 31 % en cerise).

Pour en savoir plus, suivez ce lien.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire