Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Etude CREDOC

Encore loin des cinq fruits et légumes par jour….

Selon la dernière enquête du Credoc, menée pour les 10 ans de la recommandation, seulement 25 % des Français la suivaient en 2016 contre 31 % en 2010 !
Selon la dernière enquête du Credoc, menée pour les 10 ans de la recommandation, seulement 25 % des Français la suivaient en 2016 contre 31 % en 2010 !

La recommandation de manger "cinq fruits et légumes par jour" remonte au Programme national nutrition santé (PNNS) de 2001, et depuis le 1er mars 2007, les messages sanitaires du PNNS sont imposés sous forme de bannière dans toute publicité alimentaire. Si les apports en vitamines, minéraux et fibres ainsi que la protection contre des pathologies chroniques sont mis en avant, les objectifs portés par cette recommandation sont loin d’être atteints… Selon la dernière enquête du Credoc, menée pour les dix ans de la recommandation, seulement 25 % des Français la suivaient en 2016 contre 31 % en 2010 !
 
L’analyse montre qu’après une hausse entre 2007 et 2010, la crise économique a complètement effacé les gains :

"Entre 2007 et 2010, la proportion d’adultes respectant la recommandation des cinq portions de fruits et légumes par jour a progressé de quatre points, passant de 27 % à 31 %. Mais cet effet a été balayé avec la crise économique. En 2013 et en 2016, elle est retombée à 25 %."

 
 
Dans le même temps, la part des petits consommateurs (moins de 3,5 portions par jour) a augmenté de 8 points par rapport à 2010 pour atteindre 54 % en 2016. Chez les enfants, le constat est le même. Seulement 6 % consomment plus de cinq portions de fruits et légumes par jour. La part de très petits consommateurs (moins de deux portions par jour) est passée de 32 % en 2010 à 45 % en 2016.
 

Baisse chez les plus diplômés

 
Les catégories sociales peu ou pas diplômées consomment moins de fruits et légumes que les autres. Toutefois, la baisse constatée ces dernières années est plus accentuée dans les catégories les plus diplômées et dans les familles de trois enfants ou plus. Parmi les diplômés de niveau Bac + 3, la part des petits consommateurs de fruits et légumes a augmenté de 19 points en six ans contre  + 9 points parmi les non diplômés. Aujourd'hui, les jeunes générations sont plus diplômées… et consomment de moins en moins de fruits et légumes.

Si les inégalités sociales ont ainsi tendance à se réduire, les différences territoriales, elles,  continuent de s'accentuer. Dans la région Nord par exemple, la part des petits consommateurs (moins de 3,5 portions par jour) est passée de 45 % à 75 % de 2010 à 2016. Dans le même temps, cette part est restée identique dans le Sud-Est et dans l'Ouest.

 
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire