Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Gis PICLég

Un hors-série sur les nématodes à galles

Publié le 29/10/2018 par Caroline EVEN dans
Les aubergines sont particulièrement sensibles aux nématodes à galles. Photo : C. Even/Pixel Image
Les aubergines sont particulièrement sensibles aux nématodes à galles. Photo : C. Even/Pixel Image

Un hors-série du magazine InfosCtifl vient d’être publié sur les nématodes à galles Meloidogyne spp., un des ravageurs les plus dévastateurs en cultures maraîchères. Le document synthétique d’une vingtaine de pages a été élaboré dans le cadre du groupe thématique sur les bioagresseurs telluriques du Gis PICLég. Il a été réalisé en collaboration avec l’Inra (Sophia Antipolis, Avignon, Alénya Roussillon), le CTIFL, l’IRD de Montpellier, le Grab, l’Aprel, Invenio, l’APCA et la DGAL. Il s’appuie notamment sur plusieurs projets labellisés par le Gis PIClég (Neoleg2, Sysbiotel, Prabiotel, Gedunem, Gedubat, Lactumel).

Ce hors-série présente la biologie de ces vers microscopiques polyphages, les dégâts conséquents qu’ils peuvent provoquer sur les cultures et les méthodes de lutte alternatives.

Bien diagnostiquer les espèces

En lien avec cette revue, des fiches techniques seront consultables prochainement sur le site Internet du Gis PICLég et le portail écophytoPIC « Cultures légumières ».

La fiche n°1 sera consacrée au « Diagnostic racinaire et analyse de sol ». Réaliser un diagnostic des espèces Meloidogyne par un laboratoire spécialisé est en effet primordial. « Dans un sol contenant différentes espèces de nématodes, dont certaines sont bénéfiques et d’autres problématiques pour les cultures légumières, il est très important de bien connaître les espèces et les effectifs présents dans le sol afin d’élaborer des stratégies de protection adéquates et efficaces », expliquent les rédacteurs du hors-série. Ce diagnostic est également indispensable puisque certaines espèces sont réglementées en France et font l’objet d’un arrêté de lutte obligatoire (arrêté du 4 février 2016). 

La nécessité de combiner les méthodes

Six fiches techniques détaillant les méthodes de protection contre les nématodes à galles seront également consultables sur le Web : La prophylaxie, La solarisation, L’utilisation raisonnée des résistances et rotations, La biofumigation, La biodésinfection, et Les plantes de coupure.

À l’heure actuelle, sachant qu’aucune de ces méthodes n’est efficace à elle seule, il est nécessaire de combiner et de diversifier les techniques de protection au sein du système de culture. Les partenaires du projet conseillent ainsi « d’agir sur trois dimensions à la fois : protéger la plante cultivée des attaques de nématodes, freiner l’inoculum dans le sol et augmenter l’activité biologique du sol pour favoriser la régulation biologique des nématodes ».
 
Le hors-série Les nématodes à galles – Meloidogyne spp. est libre d’accès après inscription sur le site du CTIFL.

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire