Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Culture hors-sol en Centre-Val de Loire

Kultive devrait écouler plus de 2 200 tonnes de poivrons en 2020

Publié le 16/07/2020 par Caroline EVEN dans
Depuis fin 2018, Adrien Quaak et Kévin Duval, gérants des Serres modernes du Val de Loire (Loiret) et adhérents à l’OP Sopa, cultivent 5 ha de poivrons dans une serre high-tech. Leur production est vendue par Kultive. Photo : DR
Depuis fin 2018, Adrien Quaak et Kévin Duval, gérants des Serres modernes du Val de Loire (Loiret) et adhérents à l’OP Sopa, cultivent 5 ha de poivrons dans une serre high-tech. Leur production est vendue par Kultive. Photo : DR

Dans le numéro de Culture légumière de juillet-août 2020 (n°178), nous avons mis en lumière la culture de poivrons hors-sol. Dans la région Centre-Val de Loire, quatre producteurs produisent aujourd’hui des poivrons dans des serres chauffées. Adhérents à l’OP Sopa, qui commercialise la production par le biais de Kultive, ils sont suivis techniquement par le CVetmo (Centre de vulgarisation et d'études techniques maraîchères de la région d'Orléans). 
En complément, nous vous proposons le témoignage d’Anthony Langlais, directeur général de Kultive.

L’entreprise, dont le siège est basé dans le Loiret, pense commercialiser cette année entre 2 200 et 2 500 tonnes de poivrons. Ils sont produits sur plus de 8 ha par quatre serristes adhérents à l’OP Sopa (Loiret), une des trois structures associées au sein de Kultive, avec l’OP Casay et Arterris.

« Le poivron a été testé par plusieurs producteurs dans les années 2000, puis s’est retrouvé en dormance. En 2018, un serriste de concombres avec son associé a monté un projet de 5 ha de serre pour relancer la culture de poivron. Deux autres producteurs se sont ensuite greffés », raconte Anthony Langlais, directeur général chez Kultive.

À partir de mars et jusqu’à début novembre, la société se fixe comme objectif de vendre au moins deux couleurs de poivrons avec en moyenne un vert pour deux rouges afin de satisfaire la grande distribution. À partir de juin, elle cherche à compléter le mix par un poivron jaune.

Cette gestion n’est pas simple. « Au début de la culture, il y a beaucoup de vagues au niveau de la production, explique-t-il. Pour travailler avec la grande distribution, il faut savoir lisser la production et gérer le ratio vert/rouge. C’est un apprentissage plus complexe qu’en concombre ou tomate. » 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire