Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Italie

Taches noires des agrumes : la Coldiretti veut stopper les importations

Publié le 12/06/2019 par Bérengère Bosi dans
Pour garder les agrumes italiens exempts de la maladie de la tache noire, la Coldiretti voudrait interdire les importations en Europe d'agrumes issus de pays touchés par la maladie. Photo : Evgeny/Adobe Stock
Pour garder les agrumes italiens exempts de la maladie de la tache noire, la Coldiretti voudrait interdire les importations en Europe d'agrumes issus de pays touchés par la maladie. Photo : Evgeny/Adobe Stock

Face à la recrudescence de la maladie de la tache noire des agrumes, le syndicat Italien Coldiretti demande à son Gouvernement d’interdire l’importation d’agrumes en provenance de Tunisie et de tous les pays qui exportent des fruits infectés.
 
Selon la Coldiretti, la Tunisie a exporté près de 162000 kg d’agrumes infectés par la tache noire vers l’Italie en 2018.
Cette maladie, causée par un champignon pathogène (Guignardia citricarpa Kiely), est l’une des maladies des agrumes « les plus dévastatrices », indique la Coldiretti. Identifiée pour la première fois en 1985 en Australie, elle s’est ensuite répandue, entre autres, en Nouvelle-Zélande, en Chine sud-orientale, en Russie, en Indonésie, aux Philippines, au Kenya, au Mozambique, en Afrique du Sud, en Argentine ou encore au Brésil. Le champignon s’est particulièrement bien développé dans les zones à climat chaud et humide. Jusqu’à présent, la maladie n’a pas encore été observée en Europe, ni en Amérique du Nord et en Amérique centrale.
 
Les symptômes – des taches noires et des lésions sur la peau des fruits – peuvent parfois se développer après la récolte et le transport, et de fait, n’être pas identifiables au verger.
Pour éviter l’arrivée sur le territoire italien d’un nouveau ravageur (l’Italie est déjà touchée par Xyllela fastidiosa ou Drosophila suzukii), la Coldiretti estime nécessaire d’interdire les importations d’agrumes issus de pays « qui ne seraient pas en capacité de garantir l’absence de maladie ou d’insectes nocifs ». La Coldiretti demande en premier lieu de fermer les frontières italiennes aux agrumes tunisiens.
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire