Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Raisin de table

Résistance mildiou-oïdium pour 2020

Lancée en 2008, l'UMT Géno-Vigne regroupant l'IFV, l'Inra et Montpellier Supagro, travaille sur la création variétale en raisin de table.
Lancée en 2008, l'UMT Géno-Vigne regroupant l'IFV, l'Inra et Montpellier Supagro, travaille sur la création variétale en raisin de table. Photo: HeleneDevun/Fotolia

Lancée en 2008, l'UMT Géno-Vigne regroupant l'IFV, l'Inra et Montpellier Supagro, travaille sur la création variétale en raisin de table, et teste actuellement six génotypes en station. La résistance mildiou-oïdium figure au premier rang des critères de sélection du cahier des charges, explique Loïc le Cunff, chercheur à l’IFV au pôle matériel végétal.

"Les producteurs de raisins de table ont hiérarchisé les caractères de sélection pour les nouvelles variétés, répondant à des objectifs actuels mais en se projetant aussi sur la demande future. La priorité sur la résistance au mildiou et à l’oïdium résulte des demandes de plus en plus fortes de la société sur la baisse des traitements phyto, en lien avec Écophyto."

Suivent divers critères, comme la taille des baies (assez grosse, avec des grains, la forme de la grappe (aérée par souci esthétique et de conservation), l’homogénéité des formes de grappes, le goût (plus ou moins muscaté ou sucré), l’apyrénie ou encore la productivité de la vigne.
 
En croisant les variétés de raisin de table classiques Vitis vinifera (muscat de Hambourg, Alphonse Lavallée, chasselas doré) avec d’autres cépages de raisins résistants aux maladies fongiques (descendants de variétés américaines et européennes), on obtient par hybridation successive des individus se rapprochant du raisin de table actuel, mais avec la résistance mildiou-oïdium.

"Les nouveaux génotypes possèdent deux gènes de résistance à l’oïdium et deux au mildiou. Cette résistance est dite pyramidée et permet de mieux protéger la vigne face aux champignons."

Six variétés évaluées en station

Sur les 200 génotypes issus des travaux de sélection ayant duré trois à quatre ans et conservés en serre, 16 ont pu être sélectionnés par les professionnels pour un passage en "stade 2" (quelques souches sur le terrain). Les six plus intéressants d’entre eux ont ensuite été choisis pour être évalués en station, à La Tapy de Carpentras et au Cefel de Montauban.

"Nous sommes en cours de deuxième stade de sélection. Quelques génotypes sélectionnés pourraient passer en stade 3, à l’étape d’examen pour une éventuelle inscription au catalogue."

Deux à trois variétés en 2020

Au final, Loïc Le Cunff table sur 2020 pour avoir une commercialisation de deux ou trois variétés de raisins de table résistantes au mildiou et à l’oïdium (un blanc, un noir et peut-être un rose), qui n’appartiendront ainsi pas à l’espèce Vitis vinifera et auxquelles il faudra trouver de nouveaux noms.

"L’objectif est ensuite de continuer à sortir de nouvelles choses tous les trois ans, pour avoir une gamme de variétés résistantes aux maladies avec différents critères d’intérêts supplémentaires."

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire