Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Écophyto

L’objectif de réduction de 50 % des phyto reporté à 2025

Le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a dévoilé ce vendredi la nouvelle mouture du Plan Écophyto.
Le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a dévoilé ce vendredi la nouvelle mouture du Plan Écophyto.

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a dévoilé ce vendredi la nouvelle mouture du Plan Écophyto. L’objectif de réduction de 50% de l’utilisation des phytosanitaires est ainsi reporté à 2025, avec un palier intermédiaire de 25% en 2020. Pour l’atteindre, le ministre compte s’appuyer sur l’expérience des 2 000 fermes pionnières Écophyto, dont le nombre devrait bientôt être porté à 3 000.

"Elles ont vu l’utilisation des pesticides baisser en moyenne de 12% en 2013, grâce à la rotation des cultures, la diversification variétale ou le recours au biocontrôle", a-t-il souligné dans les colonnes du quotidien Libération.

Mise en place de CEPP

Stéphane Le Foll a également apporté des précessions sur la mise en place du dispositif expérimental de certificats d’économie de produits phytosanitaires (CEPP), avec une obligation pour les distributeurs de ces produits de baisser de 20% le nombre de doses utilisées sur cinq ans.

"Au lieu de vendre un produit, ceux-ci seront incités à vendre plus de services, c’est-à-dire apprendre aux agriculteurs à utiliser la juste quantité ou des techniques alternatives, a-t-il expliqué. Pour évaluer les progrès, on se basera sur les Nodu, l’indicateur de référence utilisé pour évaluer le nombre de doses de pesticides utilisées en agriculture. Si un distributeur n’atteint pas son objectif de 20% en cinq ans, une pénalité de 11 euros par Nodu non économisé lui sera appliquée, soit l’équivalent de sa marge nette."

Et de préciser:

"Ceux qui auront été au-delà de l’économie de 20% pourront vendre leurs Nodu."

Rappelons que la semaine dernière, le collectif Sauvons les fruits et légumes de France et de nombreuses organisations de la filière avait dénoncé, dans une lettre ouverte au ministre,

une "communication tapageuse, qui balaye d'un revers de main tous les progrès accomplis ces dernières années en termes de réduction des impacts de la protection phytosanitaire".

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire