Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

CVO : sera, sera pas ?

Le Foll réclame une CVO. La FNPF y travaille tandis que la Coordination rurale s'y oppose avec virulence.
Le Foll réclame une CVO. La FNPF y travaille tandis que la Coordination rurale s'y oppose avec virulence.

C'est au cours du congrès de la FNPF que Stéphane Le Foll a refait part de son intention de soutenir le fonctionnement de la caisse de solidarité sanitaire fruits, à condition qu’une CVO - Cotisation volontaire obligatoire - soit mise en place.

« Je suis sûr que l’interprofession a un rôle à jouer dans la mise en place de cette CVO. Je pense que par l'interprofession, l'État et la profession seront en mesure d'assurer les questions sanitaires », a même précisé le ministre.

Une annonce qui, dès le lendemain, suscitait l’indignation de la Coordination rurale. Cette dernière juge « inconcevable que des représentants professionnels envisagent de contraindre à une nouvelle charge l'ensemble des arboriculteurs français. »

Pour rappel, l'ensemble des organisations syndicales à vocation générale des exploitants agricoles a mis en place, courant 2011 et avec la FNLON, une caisse sanitaire pour indemniser les conséquences dommageables des mesures de luttes contre les organismes nuisibles réglementés.

Jusqu’à aujourd’hui, la cotisation était volontaire et s'élevait de 10 à 35 euros par an, selon la nature du verger. La production fournissait 35 % du fonds et le Gouvernement s’engageait à compléter. Mais, faute de fonds suffisamment récoltés auprès des producteurs, la caisse professionnelle de solidarité sanitaire des producteurs de fruits n'a pas reçu à ce jour la part due par les pouvoirs publics...

F.M.

Lire aussi :
Caisse sanitaire : premières indemnisations validées

Et vous ?
Êtes-vous favorable à la mise en place de cette CVO ?

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire