Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Réduction des produits phytosanitaires

31 millions d'euros par an en plus pour Écophyto

Ces 31 millions d’euros complémentaires doivent permettre d’aider directement les professionnels agricoles.
Ces 31 millions d’euros complémentaires doivent permettre d’aider directement les professionnels agricoles. Photo : Georges Blond/Fotolia

À l’occasion du comité d’orientation stratégique du plan Écophyto, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a validé l’augmentation des moyens du plan de 40 à 71 millions d’euros par an, ainsi que la montée en puissance du plan en région. Rappelons que l’objectif d’Écophyto 2 est pour les distributeurs de produits phytosanitaires de baisser de 20% le nombre de doses utilisées sur cinq ans.

Ces 31 millions d’euros complémentaires doivent permettre d’aider directement les professionnels agricoles, en particulier à investir pour réduire et améliorer leur utilisation de produits phytosanitaires. Ces moyens iront en priorité aux actions engagées collectivement.

CEPP au 1er juillet 2016

Le plan sera suivi par "un panier d’indicateurs". Ce panier comprendra notamment un indicateur à quatre composantes (recherche-innovation, conseil-développement, diagnostic agroécologique, évolution de la quantité utilisée) ainsi qu’un indicateur de pression parasitaire, et que l’indicateur historique dit Nodu (Nombre de doses unitaires).
Enfin, la mise en place du nouveau dispositif des certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP) mis en oeuvre aura lieu au 1er juillet 2016.

Les réactions des associations agricoles de la distribution sont mitigées. Coop de France a salué le travail de concertation pour améliorer la seconde version du plan Écophyto […] mais reste inquiète sur la mise en application des CEPP qui devra respecter le caractère expérimental prévu par la loi. […]

"Il est indispensable que le dispositif ne génère pas de complexité administrative pour les entreprises, ni de concurrence exacerbée entre acteurs du conseil." Et que "toutes les bonnes pratiques permettant de réduire l’impact de l’utilisation des produits sur la santé et l’environnement doivent pouvoir être validées si elles présentent un bilan économique positif sans réduire le potentiel de production, tant en quantité qu’en qualité".

La FNA estime de son côté qu’il faut désormais enclencher trois actions pour mettre en œuvre les décisions du dernier comité d'orientation stratégique d’Écophyto: la simplification et clarification des fiches actions; que les déclarations annuelles des fiches actions s’appuient sur les procédures et registres déjà existants au sein des entreprises pour éviter toute surenchère administrative et tout audit supplémentaire; et enfin abandonner les sanctions financières des CEPP.
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire