Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Prune

2019 sous de bons auspices

Publié le 30/04/2019 par Bérengère Bosi dans
Après des volumes en fort recul en 2018, les récoltes de prunes 2019 devraient revenir à la normale. Photo : AOPn Prune
Après des volumes en fort recul en 2018, les récoltes de prunes 2019 devraient revenir à la normale. Photo : AOPn Prune

Après une année 2018 très handicapée par les dégâts du gel, la campagne 2019 s’annonce meilleure, selon les producteurs de l’AOPn Prune qui étaient réunis en assemblée générale le 30 avril.
 
Réunis à Moissac pour leur assemblée générale annuelle, les producteurs de l’AOPn Prune ont fait le bilan de la campagne 2018 qui s’est avérée décevante, et se sont projetés dans la campagne à venir, qui semble pour l’heure plus prometteuse.
La campagne 2018 a été fortement touchée par les épisodes de gel du printemps qui ont « amputé de 80% nos récoltes d’americano japonaises et de près de 30% nos variétés traditionnelles », a rappelé en préambule Joël Boyer, président de l’AOPn.
Logiquement, le recul des récoltes a entraîné une baisse de la consommation des ménages français, de l’ordre de 20% en volume par rapport à 2018, mais de 3% seulement en valeur, la baisse des volume ayant été compensée par des prix moyens en hausse de 21,7%.
 

2019 plus prometteuse

Fin avril, la campagne 2019 s’annonce meilleure, grâce à des conditions météo plus clémentes. « Nous pouvons raisonnablement penser que le risque gel est derrière nous », estime Joël Boyer, qui appelle cependant à rester vigilant pour les jours qui viennent.
Si tout se déroule sans heurt, les récoltes devraient ainsi être conséquentes. En américano japonaises, les charges sont bonnes. Un léger éclaircissage devrait être nécessaire. Le potentiel de récolte est estimé à 90% dans le bassin sud-ouest, selon la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne.
Pour les variétés domestiques, les arbres sont bien fournis et le potentiel de récolte est estimé à 100%. « La grande majorité des parcelles va nécessiter un éclaircissage important, autant sur Reine-Claude que sur Bavay ou Président », estime la chambre d’agriculture du Tarn-et-Garonne.
Pour rappel, l’Occitanie produit 77% des prunes françaises et le département du Tarn-et-Garonne produit les trois quarts des volumes de la région.

Si les récoltes françaises devraient être bonnes, les producteurs craignent cependant la concurrence de l’Espagne qui, elle aussi épargnée par le gel sur pruniers, devrait proposer des volumes conséquents à l’export. Selon les membres de l’AOPn, la distribution française devrait « jouer le jeu » et mettre en avant la production nationale sur ses étals. Le doute subsiste cependant sur nos exportations, notamment vers la Belgique, les Pays-Bas ou l’Allemagne, qui pourraient se tourner vers la marchandise espagnole.
 

Travail de fond de l’AOPn

Au-delà des prévisions de récoltes et de commercialisation, les membres de l’AOPn ont profité de leur AG pour discuter des travaux menés par l’organisation pour défendre et développer la filière française : demande de dérogation (étephon PRM12 pour l’éclaircissage, Imidan, Exirel, Success…), indemnisation FMSE et rénovation des vergers, certification HVE, communication, ou encore ouverture de marchés grand export.
À ce sujet, l’AOPn travaille activement avec la Thaïlande, le Brésil ou encore la Colombie qui pourraient bien, d’ici peu, venir se fournir en prunes françaises.

À retenir également, l’annonce d’une journée nationale prune qui se tiendra le 23 janvier 2020 à Moissac.
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire