Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​OCM Fruits et Légumes

Production intégrée : le niveau d’engagement géré par les OP

Sur demande de l'Areflh, le niveau d’engagement pour la production intégrée sera pris par les organisations de producteurs pour l’ensemble de ses membres.
Sur demande de l'Areflh, le niveau d’engagement pour la production intégrée sera pris par les organisations de producteurs pour l’ensemble de ses membres. Photo : E. Thomas/Pixel image

En mars dernier, une note de l’OCM Fruits et Légumes prévoyait que le niveau d’engagement pour la production intégrée se fasse désormais au niveau des producteurs et, parcelle par parcelle.
L’Areflh, l’Assemblée des régions européennes fruitières, légumières et horticoles, a proposé que l’engagement soit pris par l’organisation de producteurs pour l’ensemble de ses membres afin de permettre la rotation et l’évolution des cultures au sein d’une même exploitation. Cette position, appuyée par les ministères de l’Agriculture d’Espagne, de France et d’Italie, a été défendue par Simona Caselli, présidente de l’Areflh et également ministre de l’Agriculture de la région Émilie-Romagne (Italie), auprès de la direction de l’Agriculture de la Commission européenne à Bruxelles
La demande a été entendue dans les plus hautes instances puisque le directeur général de la DG Agri, Jerzy Plewa, vient d’y répondre favorablement. Pour Simona Caselli, "c’est une amélioration importante pour l’agriculture européenne et qui permet de valoriser le rôle des organisations de producteurs dans la gestion des techniques respectueuses de l’environnement".
 

Deux nouvelles avancées pour l’OCM fruits et légumes

La Commission européenne a également répondu positivement à deux demandes répétées de l’Areflh :

  • l’augmentation des prix de retrait comme filets de sécurité pour les producteurs,
  • la possibilité de coaching entre organisations de producteurs structurées et moins organisées, financé à 100 % dans le cadre des programmes opérationnels.

Simona Caselli a ainsi souligné "combien il est important de travailler en collaboration avec  des associations et des réseaux de régions européennes comme l’Areflh qui permettent de traiter directement avec la Commission et de porter l'attention des décideurs européens sur les besoins de nos territoires".

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire