Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

"Envoyé spécial" sur les pommes

La profession désabusée suite au reportage de France 2

Selon la FNPF, « les producteurs se sont sentis trahis par un reportage presque uniquement à charge et se demandent ce qu'il y a à gagner en diffusant une information aussi anxiogène sur un sujet qui n'a pas de raison de l'être. »

Un reportage à charge et sans nuance diffusé sur France 2 a profondément meurtri les producteurs de pommes. Ceux-ci demandent à ce que soit diffusé un droit de réponse, et appellent à la privatisation de la chaîne.

Les producteurs de pommes ont récemment été heurtés par la diffusion d’un reportage sur France 2 intitulé « Peut-on encore manger des pommes ? » dans le cadre de l’émission « Envoyé spécial » du jeudi 7 mars 2015. Selon la FNPF et l’ANPP, la nécessité d’assurer la diversité des points de vue sur un sujet prêtant à controverse n’a pas été respectée.

« Un seul et même point de vue est clairement illustré pendant tout le reportage, qui pèche cruellement par son déséquilibre ! », alerte ainsi l’ANPP dans une lettre adressée au président de la chaîne. Le reportage met en effet en avant, sans nuance, la supposée dangerosité des produits de conservation utilisés par les producteurs à l’image du Smartfresh, et va jusqu’à parler « d’arrosage automatique aux pesticides ».

Tête de mort

Le reportage use fréquemment de raccourcis visuels, comme lors de la séquence sur le traitement au SmartFresh, où la caméra s’attarde sur un panneau signalétique figurant une tête de mort. «  Mais le panneau met uniquement en garde contre les dangers d’une entrée dans une chambre à atmosphère contrôlée ! », s’exclame Daniel Sauvaitre, président de l’ANPP, sur son blog.

Plus tard, la journaliste du reportage parle d’ « arrosage automatique aux pesticides », sans qu’aucune mention ne soit faite des efforts menés par la profession pour limiter les traitements, développer la lutte biologique et organiser la recherche.
 
Selon la FNPF, « les producteurs se sont sentis trahis par un reportage presque uniquement à charge et se demandent ce qu'il y a à gagner en diffusant une information aussi anxiogène sur un sujet qui n'a pas de raison de l'être. » L’ANPP et la FNPF ont toutes les deux demandé à la chaîne un reportage la diffusion d’un reportage en droit de réponse, « plus conforme à la réalité des pratiques arboricoles. » Certains considèrent même qu’il y a « urgence à privatiser France 2 ».

Le CSA avait déjà épinglé l'émission

En janvier 2014, l'émission « Envoyé spécial » avait été durement mise en cause par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour manquements déontologiques à la suite de la diffusion d’un reportage sur un quartier populaire de Grenoble. Le CSA avait alors déploré que seuls les aspects négatifs du quartier avaient été mis en avant, stigmatisant l’ensemble du quartier de la Villeneuve.

Commentaires

C'est un reportage révélateur sur l'utilisation des pesticides, mais en tant qu'horticulteur, je ne suis pas surpris, car j'ai vu ses pratiques de mes yeux dans les fermes.
On ne tire jamais sur le messager.
Merci France 2

Bonjour,
Je trouve exagéré de votre part de demander un droit de réponse alors que vous avez refusé malgré mes demandes insistantes d'être interviewés. Je maintiens " l'arrosage de pesticides", l'échec du plan ecophyto2018 en atteste. Quant au Smartfresh,nous expliquons dans le sujet que les fruits perdent leurs qualités nutritives d'après une étude australienne.
La prochaine fois, n'hésitez pas a répondre aux journalistes !
Merci
Valerie Rouviere

z'auriez le 06 de la rouquine de la photo ?

Je pense que les arboriculteurs qui n'ont rien à se reprocher ne se sentent pas vexés par ce reportage. Il serait temps que de manière générale les agriculteurs prennent conscience de ce qu'ils mettent sur leurs produits et à quel point ils abîment leur santé, celles des autres et la nature. C'est aussi à eux de se révolter contre les supermarchés qui dictent leurs lois, les fabricants de produits chimiques qui n'ont comme seul objectif que de gagner beaucoup d'argent, ce à quoi ils réussissent. Les arboriculteurs et agriculteurs seraient sans doute surpris de voir qu'ils pourraient être soutenus par beaucoup de monde qui commence à en avoir assez des problèmes de santé de plus en plus fréquents, allergie, cancer, troubles du comportement, etc...

J'aimerais bien comprendre enfin pourquoi au lieu de se retourner contre Envoyé Spécial, les arboriculteurs ne se retournent pas contre la firme qui commercialise le Smartfresh pour lui demander des comptes. S'il n'y a aucun danger, elle doit sans doute pouvoir accepter tous les contrôles possibles !
Cessons d'être aussi naïfs !!

Cordialement,

Camille Falgoux

Désabusé par ce reportage ??? Messieurs les producteurs on a pas du regardé le même ? Sinon vous seriez désabusé par ces firmes agrochimique qui empoisonnent le consommateur comme le producteur en plus de l’écosystème, gangrènent la démocratie par leurs actions lobbyiste. Regardez le reportage jusqu'à la fin, l'intervention de l'agriculteur en fin d'émission ... Vous vous trompez de cible, les firmes agrochimiques vous asservissent et vous assassinent aidé par un gouvernement et une politique agricole démesurée, irresponsable, obsolète qui ne fonctionne pas ( et n a jamais fonctionné ) mise en place pour engraisser les fabricants de phytosanitaires et la grande distri. Réveiller vous, arrêtez de Vous et de Nous empoisonné, refusé l' esclavagisme de ce système, respectez le consommateur et l écosystème. Si vous pensez que ce documentaire est contre vous alors vous n avez rien compris ...

Ajouter un commentaire