Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Campagne 2019-2020 de choux-fleurs

Une météo peu favorable à la consommation

Publié le 02/04/2020 par Aude Bressolier dans
En cumul de juin 2019 à janvier 2020, la France a exporté 57 770 tonnes de choux-fleurs et de brocolis et en a importé 26 800 tonnes. Photo : Hanohiki/Adobe stock
En cumul de juin 2019 à janvier 2020, la France a exporté 57 770 tonnes de choux-fleurs et de brocolis et en a importé 26 800 tonnes. Photo : Hanohiki/Adobe stock

La campagne 2019-2020 de choux-fleurs avait plutôt bien commencé par des prix fermes soutenus par le marché à l’export (Pologne notamment) et un retard de production en été.
Au début de l’automne, on assiste à une chute des cours. Si cette baisse est habituellement normale en raison de la montée en production des bassins, elle est accentuée sur cette campagne, par la douceur de la météo qui n’encourage pas les consommateurs à se tourner vers le chou-fleur.
« Par la suite, la demande en provenance de l’Europe centrale se fait plus importante, notamment en Allemagne et au Royaume-Uni alors que l’Espagne, habituellement gros exportateur, fait également face à des déficits de production. Les prix se ressaisissent donc à partir de novembre, la production de l’Hexagone étant limitée par les intempéries de la fin d’année 2019 », relève les auteurs de la dernière note de conjoncture Agreste. En effet, d’après les dernières estimations, la récolte nationale de choux-fleurs de la campagne 2019-2020 atteindrait les 238 700 tonnes, soit un en repli de 11 % sur un an et 16 % par rapport à la moyenne 2014-2018.
En janvier 2020, le chou-fleur breton s’est imposé à l’export en Europe et les cours se maintiennent à des niveaux élevés dans un contexte d’offre limitée. Les températures douces de février relancent la production mais ralentissent la consommation, déséquilibrant le marché. Si les débouchés vers la surgélation permettent de soulager un peu le marché, cela ne s’avère pas suffisant pour les prix. Ces derniers reculent de 15 % par rapport à la moyenne 2014-2018, tout en restant supérieurs de 4 % à ceux de la campagne précédente.

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire