Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Comptes de l’agriculture 2017

Du mieux, mais pas pour les fruits et légumes

Publié le 06/07/2018 par Bérengère Bosi dans
La branche fruits et légumes n'a pas profité de l'embellie économique générale du secteur agricole en 2017. Photo : B.Bosi/Pixel Image
La branche fruits et légumes n'a pas profité de l'embellie économique générale du secteur agricole en 2017. Photo : B.Bosi/Pixel Image

La Commission de comptes de l’Agriculture de la Nation a dévoilé le 5 juillet les comptes nationaux provisoires de l’agriculture en 2017. Au global, l’agriculture s’est mieux portée en 2017, avec une hausse des revenus agricoles. Hélas, les fruits et légumes ne profitent pas de l’embellie.

Le résultat net de la branche agricole par actif non salarié, c’est-à-dire la recette agricole de laquelle on déduit l’ensemble des charges (salaires, impôts, intérêts…), augmenterait de 25,4 % par rapport à 2016, selon les résultats de l’Insee. Une hausse à relativiser cependant, lorsqu’on sait qu’en 2016 ce même résultat net de la branche agricole par actif non salarié avait reculé de 21,5% sur un an.

Pas de revenu par secteur

Jusqu’à 2015, l’Insee présentait des estimations provisoires du résultat courant avant impôt ou « RCAI » par secteur de production. Mais les écarts constatés chaque année entre les résultats provisoires présentés en juillet et les résultats consolidés présentés en décembre ont conduit les statisticiens à se montrer plus prudents et à ne plus proposer de telles estimations.
On peut cependant toujours avoir une visibilité sur les tendances en s’appuyant sur la valeur des productions agricoles, qui donne des pistes sur les performances par secteur. À ce jeu-là, on constate que la filière fruits et légumes ne présente pas des résultats encourageants…
 

Une valeur en recul pour les fruits et les légumes

« La valeur de la production de fruits se replie en 2017, du fait d'une légère baisse des volumes (- 0,5 %) mais surtout de la baisse des prix (- 1,7 %) », notent les statisticiens. Ainsi la valeur de la production fruitière a reculé de 2,2%. Les récoltes de pomme et de fraise (classées dans les légumes) ont reculé. Celles d’abricots (+35,6%) et de cerises (+12,7%) ont quant à elles gagné en volume après une année compliquée. Concernant les prix, ils ont été globalement en baisse sur les fruits d’été. Seules les prunes et les poires ont vu leur prix repartir à la hausse.
En légumes, le constat est peu ou prou identique. Les volumes ont reculé (-1%), particulièrement en tomates, en carottes, en courgettes, en endives et en laitues. Les prix ont reculé plus encore (-2,6%), surtout en tomates et en carottes. Seule la laitue a vu ses prix augmenter. Ainsi, la valeur de la production légumière nationale (hors pommes de terre) a diminué de 3,6%.
 

Du mieux pour les grandes cultures et l’élevage

Les résultats de la branche fruits et légumes s’avèrent ainsi décevants comparés aux autres secteurs agricoles. La production de céréales a de son côté augmenté de 22,4% en valeur, grâce à une hausse du volume (+25%) qui a absorbé le léger recul des prix (-2,1%). La filière viande, après plusieurs années difficiles, voit le bout du tunnel, avec une hausse des prix de 3,6% qui a compensé le recul du volume de 1,5%. Même constat pour le lait, qui a profité d’une hausse des prix de 11,1%.
Avec les fruits et légumes, seule la viticulture enregistre une année 2017 moins bonne que 2016, avec un recul de la valeur de 5,2%.


 

Ajouter un commentaire